dimanche 20 mai 2012

Araneus rota

Araneus rota ©Technischen Universität Berlin

L'Araneus rota est peut-être une nouvelle espèce d'araignée découverte il y a quelques années par un professeur de bionique, Ingo Rechenberg, pendant ses vacances au Maroc dans le désert du Sahara.
Araneus rota ©Technischen Universität Berlin
Cette araignée mesure une dizaine de centimètres de large avec ses pattes. Son nom latin, Araneus rota, lui vient de la façon originale qu'elle a de se déplacer : elle avance en roulant sur elle-même ! C'est pour aller plus vite qu'en marchant qu'elle se déplace ainsi et c'est efficace : elle est capable d'aller à une vitesse de deux mètres par seconde ! Ingo Rechenberg pense aussi que c'est pour économiser de l'énergie qu'elle roule sur elle-même.

Elle vit dans le sable du désert dans une poche de 20 centimètres qu'elle se confectionne, poche recouverte entièrement de soie par les soins de l'araignée.

En effet, toutes les araignées peuvent produire des fils de soie, de différentes consistances selon l'utilisation qu'elles en font. Les toiles d'araignée sont en fait de la soie collante, pour retenir des insectes, mais elles peuvent aussi faire de la soie non collante selon les besoins. Les araignées ont des sortes de "poches" de soie liquide, des glandes. Cette soie liquide se durcit au contact de l'air lorsque les araignées
l'utilisent. Si on comparait un fil de soie d'araignée à de l'acier de taille équivalente, alors le fil d'araignée serait bien plus solide !

Sur l'extrait vidéo suivant, vous pouvez voir comment l'araignée se déplace en roulant sur elle-même :
video
Bizarrement, elle monte sur la main du chercheur dans cette vidéo, comme si elle était un peu sociable... Il se peut que ce soit le sel de la transpiration de l'homme qui l'attire. En effet, le sel est indispensable pour fixer l'eau dans le corps, d'autant plus en climat désertique.

Sources
Photos : http://www.spiegel.de/fotostrecke/fotostrecke-39019.html
Vidéo complète : http://www.spiegel.de/video/video-47817.html
http://kaelus.blogspace.fr/1622117/L-araignee-qui-roule-dans-le-desert/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Araneae#La_soie
découverte grâce à :

http://www.bionik.tu-berlin.de/
http://www.bionik.tu-berlin.de/institut/n2rechenb.html
http://www.bionik.tu-berlin.de/institut/xstart.htm

mercredi 9 mai 2012

Le muguet

Muguet dans le jardin de Selvi ©Galaiselvi R.
   Le nom latin du muguet est Convallaria majalis, mais on peut aussi l'appeler Lilium convallium, "Lis des vallées" (ou "lily of the valley" en anglais). En effet, le muguet appartient à la famille des Liliaceae qui regroupent aussi les lys, le narcisse, la jacinthe véritable ainsi que d'autres plantes : ce sont généralement des plantes à bulbes. 
   Le mot Convallaria, "des vallées", est utilisé car le muguet était situé dans des vallées. Mais il est surtout situé en sol calcaire dans des bois, des haies, en montagnes et il peut aussi se reproduire dans des jardins humides et/ou ombragés, comme on peut le voir dans l'image ci-contre. Cette plante a néanmoins besoin de soleil pour fleurir. Elle est répandue dans l'hémisphère Nord dans les régions tempérées (Asie, Europe, Amérique du Nord...).
   Le mot majalis (ou maialis) vient en fait du latin déformé maius, le moi de mai, car c'est en mai qu'est censé fleurir le muguet, même si sa floraison peut se produire entre avril et juillet dans l'hémisphère Nord.

Convallaria majalis ©Franz Eugen Köhler (1897)




Sur le dessin ci-contre, on a  en numéro :
  1. Une fleur isolée
  2. La coupe de cette fleur
  3. Des étamines de la fleur
  4. Le pistil avec un stigmate à son extrémité
  5. Coupe du pistil
  6. Branche de fruits
  7. Coupe d'un fruit
  8. Graines
  9. Coupe d'une de ces graines
Les numéros 6 et 7 sont de tailles naturelles, tandis que les numéros de 1 à 5 ainsi que les numéro 8 et 9 sont des dessins de taille amplifiée.




   Les étamines d'une fleur sont les organes mâles de la reproduction chez les végétaux, tandis que le pistil est l'organe femelle des plantes à fleurs.
Le muguet comporte 6 étamines et un pistil, comme vous pouvez l'observer ici où les pétales ont été écartés pour mieux observer ses organes de reproduction.
   Il faut faire attention car toutes les parties du muguet sont très toxiques : le muguet fait partie des plantes à haute toxicité.

   Mais d'où vient la tradition d'offrir du muguet le premier mai ?
C'est pendant la Renaissance, en 1561, lorsque Charles IX (France) a offert à tous ceux de son entourage du muguet en tant que porte-bonheur, qu'a démarré cette tradition. De plus, le muguet fleurit au printemps, donc c'était une bonne manière de fêter le printemps et les futures récoltes. Mais ce n'est qu'à partir du XXe siècle que le muguet fut associé au jour du travail.

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Muguet_de_mai
http://fr.wiktionary.org/wiki/convallaire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Convallaria_majalis_-_K%C3%B6hler%E2%80%93s_Medizinal-Pflanzen-045.jpg

lundi 23 avril 2012

Spécial Monstre Vert : l'Akébie à cinq feuilles

Certaines plantes, à l'achat, ne font qu'une dizaine de centimètres de haut dans un tout petit pot... mais elles peuvent devenir, à une vitesse presque cauchemardesque, très envahissantes !
La plante dont je vais vous parler aujourd'hui est l'Akebia quinata, une plante vivace originaire d'Asie orientale (Japon, Chine, Corée...) que l'on a introduite en France. Les conditions sont parfaites pour elle, elle peut s'y développer à son aise et devient très envahissante si l'on ne la taille pas systématiquement...

Regardez le résultat :
L'Akébia vue de la rue ©Christel D.
L'Akébia vue de la rue ©Christel D.

Effectivement, c'est une des rares plantes grimpantes ou liane qui supporte des situations semi-ombragées. Elle supporte bien les conditions d'Île-de-France et peut donc s'y développer. Cette plante s'étend dans tous les sens : elle a des tiges rampantes qui vont dans toutes les directions et créent des racines et de nouvelles tiges (comme des stolons), pendant que d’autres tiges aériennes s'accrochent à tout ce qu'elles rencontrent : aux murs, aux autres plantes, au toit si on ne les taille pas assez vite, et si vous laissez trop longtemps votre voiture dans la rue, elle s’y accrochera aussi !
L’Akébia ne fait qu’entourer tout ce qu’elle touche et s’en sert pour grimper plus haut, mais plus les tiges sont anciennes, plus elles deviennent épaisses et dures à retirer à la main.




Ci-dessous, ce ne sont pas des branches mortes mais une multitude de tiges (futurs stolons) qui cherchent de la place pour augmenter la surface de l'Akébia, tout en créant de nouvelles racines pour assurer sa survie et résister aux coupes.
On peut donc très facilement multiplier cette plante par bouturage ! Mais faites-le seulement après avoir bien réfléchi...
Futurs stolons de l'Akébia ©Christel D.
Une des fleurs de l'Akébia ©Christel D.



Les fleurs de cette plante sont spéciales : elles ont trois pétales et cinq étamines dont l'extrémité est collante. Le liquide produit par la plante permet que les insectes transportent le pollen des fleurs.
Le soir, lorsque les températures sont supérieures à 10°C, alors les fleurs de l'Akébia diffusent un parfum pour attirer les insectes, très agréable si tôt au printemps.
Si les journées sont suffisamment ensoleillées, les insectes butinent les fleurs, et il y a formation de fruits de forme allongée et de couleur rosâtre.
Ils peuvent ressembler à cela : lien.






Fleurs d'Akébia ©Christel D. 


Ci-contre une autre photographie des fleurs. On voit que les feuilles ont cinq folioles.

En Asie, les racines et l'écorce de l'Akébia permettent de faire des décoctions servant, entre autres, d'analgésique, d'anti-inflammatoire ou de diurétique. Les analgésiques et les anti-inflammatoires servent à atténuer voire à supprimer le ressenti de la douleur, sans pour autant en supprimer la cause et les diurétiques régulent l'action de la vessie.
Dans les pays dont la plante est originaire, on utilise les feuilles de l'Akébia comme feuilles à thé, on consomme les pousses fraîches, et les fruits peuvent servir à la composition des vins.






Lorsque l'on ne coupe pas assez vite cette plante, il arrive qu'on retrouve des objets dans cet état :
Un vélo envahi par l'Akébia ©Christel D.
On ne distingue presque plus le mur du voisin !

Comme je l'ai dit plus haut, si vous voulez acheter cette plante qui sent vraiment très bon..., réfléchissez bien avant de vous engager dans une course sans fin pour tailler l'Akébia qui ne cessera jamais de gagner du terrain sur votre jardin, sur le jardin de vos voisins, sur la rue et attaquant même les câbles électriques.

Sources :
http://www.jardindupicvert.com/4daction/w_partner/akebie_akebia_quinata.1150aj?utm_source=aujardin&utm_campaign=boutik&utm_medium=catalog
http://fr.wikipedia.org/wiki/Akebia_quinata
http://nature.jardin.free.fr/grimpante/on_akebia.html

jeudi 5 avril 2012

Choucas des Tours

   En mai 2007, un gros oisillon noir a été recueilli par notre voisin. Après l’avoir nourri jusqu’à ce qu’il puisse voler avec aisance, il a retrouvé progressivement une liberté totale.
Chouquette bébé ©Christel D.
   Cet oiseau est un Choucas de la famille des corvidés, comme les corbeaux. Son nom latin est Coloeus monedula ou Corvus monedula. La grippe aviaire et un problème de plumage poussèrent notre voisin à faire faire un bilan de santé, et, lors d’un passage de l’oiseau, le choucas se retrouva, malgré ses protestations, chez un vétérinaire spécialiste des oiseaux. La prise de sang ne révéla qu’une légère anémie, et, surprise, le fait que le choucas était une femelle ! Nous le prenions tous pour un mâle. “Jack” fut donc rebaptisé "Chouquette" ! Très confiante étant jeune, elle devint plus méfiante par la suite, ce que l’on espérait. 
Depuis, elle est parfois absente pendant plusieurs jours, mais elle revient pour dire “bonjour” et chercher de la nourriture.

Chouquette dans notre jardin ©Christel D.
   Lorsque notre voisin part en vacances et qu’il nous demande de nous en occuper, Chouquette est bien plus présente dans notre petit jardin. Elle nous “appelle” parfois et quand nous l’entendons croasser, nous lui apportons à manger. Avec de la patience, elle vient manger dans nos mains, comme vous pouvez le voir ci-dessous : 
Chouquette et mon père ©Christel D.


Chouquette et moi ©Christel D.

Un jour, mon père a vu Chouquette qui paraissait paniquée, qui volait dans tous les sens et croassait beaucoup plus que d'habitude. Mon père l'a alors suivie jusqu'au fond du jardin où il a vu un pigeon empêtré et pendu dans les vrilles d’une vigne, mort...  Chouquette le montrait à mon père en volant autour. Lorsque mon père a décroché le pigeon mort, Chouquette l'a regardé quelques instants en silence puis a disparu pendant plusieurs jours, comme si elle était déçue que mon père ne l'ait pas "réparé".
Chouquette, très sociable, aime la compagnie des autres oiseaux, et il arrive que Chouquette vienne accompagnée de pies et même de tourterelles. On aurait même pu penser qu’elle essayait de les présenter à mon père ou au voisin, mais les autres oiseaux s’envolent terrifiés, alors que chouquette, confiante et semblant étonnée, les regarde fuir.

Depuis quelques temps, Chouquette devient plus sauvage, ce qui est bien pour elle, mais elle continue de nous appeler lorsque nous sortons de la maison : un “bonjour” auquel nous répondons par un “bonjour Chouquette” !


Les choucas montrent des marques d'intelligence exceptionnelles.
[Modification le 18/03/2016] Dans la vidéo qui suit, je pensais qu'il s'agissait d'un choucas, mais grâce aux personnes ayant commenté cette vidéo, j'ai appris que ce n'était pas un Choucas des tours (Corvus Monedula), mais un Corbeau calédonien (Corvus Moneduloides), en captivité qui fabrique un crochet et l’utilise pour récupérer de la nourriture !

video


Wikipédia
lien de la vidéo d'origine

dimanche 18 mars 2012

エゾモモンガ [Ezo-momonga], polatouche momonga ou Emolga

Les Japonais connaissent plusieurs écureuils volants ou "polatouches" sur leurs trois grandes îles.
Nous présenterons le Pteromys volans erii (au nord dans l'île d'Hokkaido) puis le Pteromys momonga, une espèce plus petite (plus au sud, dans les îles d'Honshu et de Kyushu).

Etymologie :
"polatouche" : "Empr. au polon. polatucha, signifiant "écureuil volant" (CNRTL).
Le terme momonga signifie lui aussi "écureuil volant", Ezo-momonga permettant de distinguer l'écureuil de Sibérie qui vit sur Hokkaido (Ezo est une des autres appellations de l'île d'Hokkaido).

 1. Le polatouche ezomomonga, Pteromys volans erii
Pteromys volans orii sortis du nid, Utoro ©The Yomiuri Shimbun, Hokkaido


Photo parue dans le journal Yomiuri On Line, avec le titre en japonais [traduction] : "Des écureuils Pteromys volans orii sortis du nid, dans le quartier d'Utoro de la ville de Shari".

[Traduction de l'article original, devenu introuvable sur le site du journal :]
29 janvier 2004
     "Une famille de six écureuils volants de Sibérie (Ezo-momonga, エゾモモンガ) a pu être observée depuis quelques jours dans la forêt proche des bureaux provisoires "Shiretoko Ryûhyô" (ville de Shari, quartier d'Utoro) du journal Yomiuri. C'est comme si ces animaux voulaient soutenir la reconnaissance de la péninsule de Shiretoko en tant que patrimoine naturel mondial.
     Cette espèce est de la même famille que les écureuils momonga, d'une hauteur d'environ 15 cm avec des yeux tout mignons, ronds et noirs. Ils vivent dans de petites cavités à l'intérieur des arbres morts dans la forêt. Afin de se protéger du grand froid lorsque la température avoisine les -10°C, ils se blottissent les uns contre les autres pour se réchauffer durant la journée.
     La petite famille, sortie de son nid avant le coucher du soleil, a étendu ses ailes et s'est envolée en planant. "
source : The Yomiuri Shinbun
Pteromys volans orii à Higashikawa (Hokkaido) ©Tokumi, 31 mars 2009


2. Le polatouche momonga, Pteromys momonga
Le momonga est bien moins connu et a donc été moins étudié que les autres Pteromys.

Parmi les Pteromys, seuls les momongas sont des animaux nocturnes, ce qui rend difficile leur observation et donne l'impression qu'ils sont en nombre de plus en plus restreint :
"Japanese flying squirrels are strictly nocturnal and silent in flight. They rarely remain on the ground, instead spending their time in the trees. During the day, these animals can be found in their nests or in a hole in trees. They emerge at dusk, moving quickly about the treetops. This is probably a predator-avoidance adaptation." (source)
Japanese Flying Squirrel (Pteromys momonga), dessin ©I. Foitová (Křížanová), 17 octobre 2009)


3. Seule la variété japonaise, Pteromys momonga, est à l'origine de la figure d'Emolga, l'un des très nombreux Pokémon
Emolga ©Nintendo

Autres images du Pokémon Emolga :
http://it.wikipedia.org/wiki/File:587_Emolga.png (© accordé par Nintendo uniquement à Wikipedia-Italie)
http://www.mypokecard.com/fr/Galerie/Pokemon-Emolga-18
http://legendepokemon.blog4ever.com/blog/lire-article-412717-2213994-emolga_le_emonga.html
http://www.pokebip.com/pokemon/pokedex/pokedex_5G_fiche614__Emolga.html


4. Momonga/Emolga : très belle version hybride Polatouche/Emolga, création d'artiste
Pokémon: Emolga (©Kerynean, 14 mars 2011)
L'artiste a semble-t-il voulu faire une représentation réaliste du Pokémon Emolga, plus proche des momonga.


5. Dessin ancien tiré d'un ouvrage de P.F. von Siebold
Source : Université de Kyoto qui a numérisé l'ouvrage
Siebold (Philipp Franz von), 1842, Fauna Japonica, Mammalia-Reptilia, p. 47 (ill. 14).
Pteromys momonga, illustr. 14 ©Kyoto University Library, 2000

Documentation :
Pteromys volans
Pteromys momonga
http://www.angelfire.com/realm2/lex_exotics/jdflyingsquirrel.html (Pteromys momonga)
Watkins, T. 2002. "Pteromys momonga" (On-line), Animal Diversity Web. Page consultée le 11 mars 2012 (Pteromys momonga)

Autres photos sur les polatouches (toutes espèces et variétés malheureusement confondues) :
http://udivit-sozdaniy.livejournal.com/45181.html
http://eucaryotes.fr/polatouche_070.htm
http://undeadmolly.blogspot.com/2007/04/sunday-morning-buffet-momonga.html
http://momonga.cside.com/momokoto/gsmon/post01.htm
http://blog.goo.ne.jp/maro1577/e/b6b7a7b02b04176531218e2e9ea88756

Vidéos :
http://www.youtube.com/watch?v=x6YyMBQSK-M (vols)
http://www.youtube.com/watch?v=xWPruY7uyeQ&feature=related

mardi 6 mars 2012

Un chapardeur dans le centre de détention de Christmas Island : "Courage, fuyons !*"

*"Courage fuyons" film par Yves Robert en 1979.
Giant coconut crab, cliché ©probablement de B. Fernandez, août 2007, dans le "Christmas Island Detention Centre"

Le crabe de cocotier 
Il appartient à la même famille que le bernard-l'hermite.
C'est le plus grand crabe terrestre et même le plus grand arthropode terrestre (du grec arthron "articulation" et podos "pied").
Son nom latin est Birgus latro (venant du latin latro signifiant "brigand, voleur"). On l'appelle aussi "pagure larron", "crabe à bourse", "boursière" ou "crabe voleur", car il s'intéresse à tout ce qui a un rapport avec la nourriture, même à l'intérieur des habitations.
Ce qui le caractérise, en dehors de sa grande taille, est le fait qu'il ne peut pas aller dans l'eau : son système respiratoire est constitué d'un poumon branchiostégal, stade intermédiaire entre branchies et poumons, vestige de son évolution.
On le trouve depuis l'Océan Indien jusqu'à l'Océan Pacifique, mais les endroits où il est absent (Bornéo, Indonésie, Nouvelle-Guinée) correspondent aux zones où il a été consommé jusqu'à l'extinction.
L'homme le mange habituellement, mais quelques rares cas d'empoisonnement ont été relevés, dûs à la capacité de ce crabe à manger un peu tout, même des plantes toxiques.

Christmas Island
L'île où la première photo a été prise fait partie des territoires extérieurs de l'Australie depuis 1958 : auparavant, elle était sous domination britannique du fait de sa richesse en phosphates. C'est aussi une île d'origine volcanique.
Elle est située à l'est des Cocos Islands (Keeling), dans l'océan Indien, au nord-ouest et à 2 600 km des côtes de l'Australie (ville de Perth).
Les deux-tiers de l'île ont été déclarés Parc national en 1989, entre autres pour protéger une rare variété de petit crabe, le crabe rouge de l'île Christmas (Gecarcoidea natalis), qui n'existe d'ailleurs que sur cette île.

Christmas Island red crab, cliché ©R. Dominguez, janvier 2006
Dans les années 2001-2007, l'île est devenue le plus grand centre de détention australien, destiné à enfermer les migrants débarqués clandestinement sur Christmas Island et qui voulaient rejoindre l'Australie. C'est pourquoi l'île a été surnommée "l'île-prison".

Le crabe de cocotier dans le Pacifique
le crabe de cocotier dans les îles Torres, au Vanuatu
Ne gutut [nəɣʉˈtʉt] "crabe de cocotier" – langue hiw, îles Torres, Vanuatu (cliché ©A. François)
   Le crabe de cocotier constitue un mets de choix, à la fois auprès de la population locale qui traditionnellement les chasse, mais aussi auprès de nombreux restaurants de la capitale, qui proposent sa chair délicate pour des prix comparables à ceux des homards et langoustes. Dans les îles, les crabes de cocotier (krab kokonas en pidgin) ont un régime alimentaire très "bio", consistant surtout en noix de coco. Ils constituent une part importante des revenus économiques des petites îles Torres.

– Crabe de cocotier à Motalava (l'une des îles Banks au Vanuatu)
"[…] mis à part les quelques petits perroquets ou chauves-souris que poursuivent les enfants, la terre ne présente guère d'animal sauvage. La seule exception peut-être, qui fait d'ailleurs la réputation de Motalava dans tout le Vanuatu, sont les délicieux "crabes de cocotier" (nadiy en langue mwotlap), qui ne se nourrissent que de noix de coco."
(sur le site d'A. François)

Quelques contes d'Océanie sur le crabe de cocotier
– en langue iaai (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie) : « Le bernard-l'hermite et le crabe de cocotier » (texte recueilli par F. Ozanne-Rivierre vers 1948)
"Un jour, une grand'mère envoya chercher tous les animaux et les oiseaux de l'île pour une réunion.
Elle souhaitait les bénir
La nouvelle se répandit dans toute l'île.
Bon ! Voilà les animaux qui arrivent.
Ceux qui volent, ceux qui rampent et ceux qui marchent.
Grand'mère, nous sommes tous là, nous venons t'écouter
Vérifiez bien pour voir si vous êtes tous là.
Non ! Il y a deux absents,
ce sont les fameux crabe de cocotier et bernard-l'hermite. […]"
La suite *ici* (à lire ou à écouter).

– en langue fagauvea (Ohnyat près d'Ouvéa, îles Loyauté,  Nouvelle-Calédonie) : « Les deux bernard-l'hermite et le crabe de cocotier » (texte recueilli par Claire Moyse-Faurie en 1997)
"Voilà, c'est une histoire de bernard-l'hermite ; l'un d'eux sort de dessous une pierre; un autre arrive du bord de mer.
Ils s'en vont par là-bas, ils croisent un vieux en train de griller des trocas et des nérites.
En fait, il s'agit d'un vieux couple de bernard-l'hermite qui grille des trocas et des nérites puis jette les coquilles vides.
Le couple jette les coquilles vers la mer.
Les deux compères accourent depuis l'intérieur des terres et s'esclaffent : "Dis donc! Regarde là-bas au bord de mer, les manous, il y en a un pour moi !
La coquille de la nérite est trop petite mais par contre, celle du troca est bien, elle est grande."
Chacun essaie une coquille de troca.
L'un des deux s'enfile dans un grand troca, peut-être que son pantalon est grand !
Ensuite, ils repartent.
En fin de compte, l'un est entré dans une nérite, l'autre dans un troca.
C'est ainsi qu'ils remontent du bord de mer,
aperçoivent quelqu'un qui grimpe sur un tronc de cocotier, […]"
La suite *ici* (à lire et/ou à écouter).

– en langue araki (île d'Espiritu Santo, Vanuatu) ; traduction en anglais : « Hunting for coconut crab » (texte recueilli par A. François en 1998)
"Right now, I would like to tell the story of the coconut crab.
Two men went to Rahuna to look for coconut crabs.
They had taken water, they had taken ropes,
so that, if (one of them) heard a coconut-crab at the top of a tree,
... at the top of a palmtree, he could wet the rope with the water...
... and use it to climb up to the top of the palmtree,
... and seize the crab up there. […]"
La suite *ici* (à lire et/ou à écouter).

=> Pour en savoir plus :

mercredi 22 février 2012

Partie 2 : La physalie-les siphonophores

   Dans le précédent billet on a pu voir que le Glaucus atlanticus et le Glaucus marginatus (ou "dragons bleus") se nourrissaient principalement de méduses urticantes. Nous allons voir comment ils peuvent s'en nourrir sans en subir des conséquences, puis observer de plus près ce qu'est en réalité une physalie.


Le G. atlanticus, le G. marginatus et la physalie :
Portugiesische Galeere @SvenGrand, Wikipedia

   La physalie est l'espèce la plus urticante de celles dont se nourrissent les "dragons bleus". Comment font-ils pour se nourrir de leurs tentacules sans en subir quelques dommages ? En réalité, ils sont immuns face à leurs toxines, c'est-à-dire qu'ils sont protégés de leurs toxines. En plus d'être immunisés contre leurs toxines, les dragons bleus les réutilisent de manière à être toxiques à leur tour, un peu comme la grenouille à flèches empoisonnées. Il stock ces toxines (nématocystes) dans des sacs répartis sous sa peau sur l'ensemble de son corps. D'après certains scientifiques (Thompson et Bennett), cela serait principalement les toxines de la physalie qu'ils stockeraient, celles-ci étant des plus urticantes, et les autres étant le plus souvent digérées par les dragons bleus.

La physalie :
Portuguese man-of-war (Physalia physalis)
Ce n'est pas une espèce comme les autres : en réalité, il n'y a pas qu'une seule méduse composant la physalie, mais plusieurs petites méduses transparentes regroupées en colonies. Plus précisément, on les appelle des siphonophores, car comme on peut le voir ci-contre, les colonies de petites méduses ont une forme qui ressemble plus ou moins à un siphon.

Chaque individu de la colonie a son propre rôle à jouer pour permettre le fonctionnement général de la physalie. Un seul siphonophore peut être constitué de milliers d'individus.
Leur couleur est différente selon leur fonction au sein de la colonie : la partie supérieure est plutôt translucide et sert de "flotteur" et de "nageur". Les tentacules permettent aussi de flotter et de nager, mais elles sont composées de multiples filaments, pouvant atteindre jusqu'à 50 mètres, qui sont extrêmement urticants. Les brûlures qu'elles peuvent causer chez l'homme sont bien plus intenses que celles occasionnées par une ortie.


Sources :
http://faustine-simeon.suite101.fr/le-glaucus-atlanticus--un-etrange-animal-aquatique-a14257
http://fr.wikipedia.org/wiki/Glaucus_atlanticus#Alimentation
http://fr.wikipedia.org/wiki/Physalia_physalis
http://www.dinosoria.com/fonds_marins.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Siphonophorae
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zooplancton 
http://www.cnrtl.fr/etymologie/siphonophores
http://www.maxisciences.com/m%e9duse/